Le SEO (search engine optimisation) est le nerf de la guerre sur Internet. C’est vrai, à quoi bon créer un site s’il n’est pas visible dans les meilleurs résultats des moteurs de recherche ? A pas grand-chose me diriez-vous.

Il y a trois ans, je me lançais dans le web avec un projet de marketplace dédiée à l’équitation, equiswap.com. A cette époque, je n’y connaissais pas grand-chose à internet et ses rouages. Le référencement naturel n’était donc pas ma priorité lorsque j’ai fait développer le site, en fait je ne savais même pas ce que s’était. La boulette ! (oui oui …)

Ce n’est que quelques semaines après le lancement que j’ai commencé à m’y intéresser et j’ai découvert un sujet fascinant qui mêle créativité, stratégie et technique. Tout ce qu’on aime.

Malheureusement, je ne pouvais pas travailler le SEO de la marketplace en elle-même, car il s’agit d’un site « custom », c’est-à-dire un site dont le code a été créé de A à Z par un développeur. N’ayant aucune compétence en code et pas de budget pour confier la mission à une personne qualifiée, j’ai dû trouver un système D : le blog d’Equiswap.

De mémoire, j’ai travaillé seulement trois semaines sur le blog. Et cela a suffi pour booster les visites mensuelles de 50 à 3000 ! Belle performance non ? Voici comment j’ai fait.

 

Première étape : définir mes objectifs SEO

Le référencement naturel repose sur les mots clés que les internautes tapent dans les moteurs de recherche. Par exemple, dans mon cas j’avais besoin de me référencer sur les mots clés relatifs au matériel d’équitation : « selle cheval », « matériel d’équitation d’occasion », « filet cheval d’occasion », etc…

Mon site devait donc envoyer l’information aux moteurs de recherche que ses pages traitent bien de ces sujets-là.

Mesurer la concurrence SEO

Lorsqu’on est entrepreneur, on a tendance à voir la concurrence d’un mauvais œil. Cela n’a pas toujours été mon cas. Au contraire même, je l’ai souvent vu comme une mine d’informations précieuses.

Cela a précisément était le cas avec ma stratégie SEO. Sans ma concurrence qui était plutôt rude, je n’aurai jamais pu réaliser les performances que je vous annonçais en introduction.

Avant de partir dans tous les sens et surtout parce que je ne disposais que de peu de temps, j’ai pris quelques heures pour étudier les performances SEO de mes concurrents directs, mais aussi indirects.

Très rapidement, j’ai identifié les mots clés que je pouvais d’ores et déjà abandonner, car beaucoup trop concurrencés (comme « couverture cheval » ou « selle équitation »). Plutôt embêtant… Je devais trouver un autre moyen !

 

Sélectionner des mots clés malins pour bâtir ma stratégie SEO

Ce qui est intéressant dans la concurrence, c’est qu’on a tendance à aller là où tout le monde va en oubliant parfois d’observer les autres chemins…

Cette fois-ci j’ai décidé de ne pas suivre les autres. De toute façon, je n’avais aucun intérêt à le faire car j’allais me confronter à plus fort que moi.

Si j’ai bien identifié les mots clés les plus concurrencés, j’ai également identifié des mots clés dont la concurrence était faible, très faible même. Ce qui était encore plus intéressant avec ces mots clés là, c’est que l’intérêt des internautes était fort : 10 000 recherches mensuelles pour quelques-uns d’entre eux !

Ma stratégie SEO est donc apparue comme une évidence : j’allais travailler les mots clés pour lesquels les internautes cherchaient des réponses et que mes concurrents ignoraient.

D’ailleurs, en marketing digital on appelle ce type de stratégie une « stratégie de longue traine ».

 

Etape 2 : comprendre les recherches de mon persona

L’étude de ma concurrence m’avait révélé des informations très intéressantes sur mon persona : si celui-ci cherchait à acheter (ou vendre) du matériel d’équitation, il cherchait aussi pas mal d’informations sur comment l’utiliser, comment sélectionner la bonne taille, etc.

Ce qui est drôle, c’est que je suis moi-même cavalière et que je n’avais jamais pensé à produire du contenu explicatif sur le matériel auparavant. Pourtant, cela faisait complètement sens avec la marketplace !

Comme mon étude avait révélé des mots clés de « longue traine » avec des volumes de 10 000 recherches mensuelles, j’ai continué de creuser pour mettre en place ce que mon persona et mon SEO semblaient rechercher : un guide du matériel d’équitation.

Et puisqu’à ce moment-là nous rentrions dans la saison hivernale, j’ai commencé ce guide en écrivant du contenu sur les couvertures du cheval…

 

Etape 3 : écrire du contenu optimisé

J’ai de la chance d’avoir dans mon entourage des personnes qualifiées en SEO. D’ailleurs, c’est l’une d’entre elles qui m’a transmit les bases de la rédaction web : mot clé, balise H123456, netlinking et qualité.

Comme je n’avais pas beaucoup de temps, je n’ai rédigé qu’une petite 10aine de pages (peut-être moins). Quoi qu’il en soit, une semaine après mes pages étaient déjà référencées dans Google, dont certaines même en position zéro !

Ce qui est encore plus impressionnant, c’est que des marques ont commencé à faire de la publicité adwords sur certains mots clés que j’avais utilisé pour me référencer comme « guide des tailles cheval ».

Très rapidement, les visites de mon blog sont passées de 50 à 3000 visites mensuelles. Assez fou comme résultat, je ne m’y attendais pas, du moins pas aussi vite !

Ce qui m’a aidé c’est que dans ma stratégie, j’avais opté pour la création de contenu en relation avec la saisonnalité. Très bon choix puisqu’en plus d’être recherché, mon contenu était aussi partageable sur les réseaux sociaux pendant plusieurs semaines.

Malheureusement, prise par les missions de mes clients en freelance,  je n’ai pas été régulière dans la gestion de ce blog. Pour être honnête avec vous, je n’avais pas ajouté un seul article depuis février 2018 (ça craint, je sais). Mais cela n’a pas empêché les statistiques de visites de rester stables et même d’augmenter !

Si lorsque j’ai voulu travailler le référencement naturel de mon blog j’avais intégré cette notion de saisonnalité, je l’avais aussi fait naturellement et sans même m’en rendre compte quelques semaines auparavant en publiant une recette d’anti mouche naturelle…

Ce tout petit article de 350 mots environ a rapporté la majeure partie du trafic naturel de mon blog pendant l’été, jusqu’à plus de 2000 visites en juillet !

Là est toute la magie du référencement naturel : il suffit de créer une seule fois du contenu pertinent et intelligent et il fera son job de lui-même pendant un certain temps. Si nous ne disposons pas de budget pour payer des experts, on peut le faire simplement en étant malin :

  • bien étudier les mots clés et les recherches de son persona et les performances de sa concurrence ;
  • lorsque cela est possible, jouer sur la saisonnalité pour s’assurer qu’il est toujours du contenu qui apportera du trafic.

 

Qu’en pensez-vous ?

PS : j’ai lancé une page facebook, cliquez si vous souhaitez m’y suivre 🙂